Perspectives Énergétiques

La Marche pour l’Énergie

En Novembre 2014, l’équipe Parlons énergie s’est réunie pour un remue-méninge au sujet d’activité promotionnelle pour la semaine Parlons énergie 2015. J’ai commencé à réfléchir à mon rôle durant la semaine Parlons énergie. Je voulais utiliser mes connaissances et habiletés en tant que guide et faire quelque chose de créatif qui aurait quand même un lien vers le système énergétique canadiens. J’ai fait une recherche sur les utilisations d’énergie majeures des Canadiens qui se trouvaient à être le transport et le chauffage/refroidissement de nos maisons. J’ai décidé de voir s’il serait possible pour moi de vivre sans ces deux nécessités. Pour pouvoir se priver de transport, il faudrait que je me déplace d’une place à l’autre en marchant. Pour se priver de réchauffement/refroidissement, j’ai décidé de vivre à l’extérieur pendant une semaine. Mon plan s’est rapidement transformé en une marche de Montréal à Ottawa en campant dans ma tente. Ma marche débuterait du centre des sciences de Montréal et se terminerait au musée de l’aviation et de l’espace à Ottawa. Tout ce qu’il me restait à faire maintenant, c’était d’obtenir l’approbation de l’équipe Parlons énergie. À la prochaine réunion, j’ai lancé l’idée à l’équipe. Tout le monde s’est mis à rire, non pas parce que l’idée était un peu ridicule, mais parce qu’ils pensaient que je plaisantais! Une fois avoir expliqué toute la logistique et mes raisons pour la marche, j’ai reçu tout le soutien de mon équipe. Je me suis donc mis au travail pour régler les details.

L’aventure me prendrait au moins 5 jours. Sa voudrait dire que je terminerais mon voyage le vendredi au musée de l’aviation pour leur conférence sur l’énergie. Me tente et tout mon équipement pèserait près de 40 livres, ceci me ralentirai beaucoup, alors je me suis débarrasser de certaines choses qui n’étaient pas essentielles. J’ai décidé que je devrais m’arrêter à des endroits intéressants qui auraient un lien à l’énergie. J’ai fini par m’arrêter au barrage de Carillon, à la Microbrasserie Beau’s, au Fairmont Montebello et à l’usine de cogénération de Thurso. Ceci me permettrait de documenter des endroits intéressants avec des vidéos mais aussi de me distraire de la monotonie de la marche. En regardant des cartes et en faisant mes calculs je m’imaginais faire entre 30 et 35 kilomètres de marche par jour et ce serait vraiment une expérience incroyable. Je l’espérais en tout cas… Une semaine avant départ, les prévisions météorologiques pour ma marche démontraient une semaine froide, très froide. Les choses commençaient mal.

comments powered by Disqus