Perspectives Énergétiques

L’industrie énergétique canadienne à la croisée des chemins? Partie 1

Inquiétudes, difficultés et occasions

Notes pour le Conseil canadien de l’énergie : L’industrie énergétique canadienne – Mises à jour et aperçus

Ottawa, le 2 février 2016

Nombreux sont ceux qui discutent de la nécessité de mettre en place un dialogue productif au sujet de l’énergie pour faire face aux nombreux problèmes qui se posent au Canada, mais je veux aborder quelques-unes des questions difficiles que nous devons poser si nous voulons faire de réels progrès.

Tout d’abord, parlons de certains facteurs qui, d’après moi, détermineront notre futur énergétique à moyen et long terme. Il y a de nombreuses tendances (plus d’informations sur celles-ci dans les publications à venir) dont les effets combinés pourraient bien perturber notre industrie et nos systèmes énergétiques de façon plus générale à moyen et long terme, et je veux explorer quelques-unes de ces possibilités.

Mais avant cela, il n’est pas possible actuellement de parler d’énergie au Canada en faisant fi de la période extraordinairement difficile que nous traversons où le prix du pétrole s’effondre. Cependant, cet effondrement pourrait finalement être une des forces les moins perturbatrices auxquelles nous devrions faire face, et nous devrions nous prémunir contre des prévisions à trop court terme. Les prix remonteront certainement, bien que cela prenne sûrement du temps, à des niveaux qui permettront à la production canadienne de rester concurrentielle pour les années à venir. Et les chocs de prix, en hausse et en baisse, continueront à faire partie du jeu.

Ce qui paraît le plus choquant, c’est pourtant bien la complaisance des Canadiens et de leurs gouvernements pendant les périodes de forte productivité que nous avons vécues ces dix dernières années. Nous vivons tous dans le court terme, mais pour bien des décisions prises, surtout par le gouvernement, c’est le long terme qui importe le plus. Ces tendances indiquent-elles l’arrivée de changements fondamentaux?

Il s’avère que de vrais changements touchant l’industrie énergétique sont assez rares. Les dernières personnes ayant témoigné de ces transformations sont déjà presque toutes décédées. Je parle de la généralisation de l’utilisation de l’électricité et de l’émergence du moteur à combustion interne au pétrole.

L’énergie nucléaire était censée nous transformer la vie : certains se rappelleront peut-être du dicton : « le nucléaire a un coût trop insignifiant pour être mesuré ». Pourtant, le nucléaire s’est avéré être juste une autre technologie génératrice d’électricité.

Il est donc audacieux pour un prévisionniste de suggérer que nous soyons vraiment sur le point d’assister à un profond changement dans le paysage énergétique. Sans prévisions exactes d’un tel changement, je me contenterai de faire la suggestion suivante :

Et si le monde de l’énergie s’éloignait fondamentalement de l’énergie pour laquelle le Canada s’est si bêtement distingué en tant que superpuissance énergétique? Et si nous n’étions même pas près d’être une superpuissance? Et si nous passions à côté de l’essentiel?

comments powered by Disqus