Coin techno énergie

Parlons énergie avec… Peter Paulson, de Pure Technologies Ltd.

L’éclatement d’un pipeline peut entraîner des conséquences dévastatrices sur l’environnement, c’est pourquoi il est crucial de détecter les fuites mineures avant qu’elles ne causent de graves problèmes. En identifiant les anomalies acoustiques de l’intérieur d’un pipeline, le système de détection des fuites SmartBall® de Pure Technologies révolutionne la façon d’inspecter les oléoducs à la recherche de fuites et de défauts structuraux. Nous nous sommes entretenus avec Peter Paulson, chef de direction, à propos de la technologie novatrice de son entreprise.

En quoi consiste l’outil SmartBall exactement?

PP : Il s’agit littéralement d'une balle qui contient des capteurs acoustiques et magnétiques très sensibles. Ces derniers sont logés dans un noyau d’aluminium qui est placé à l’intérieur d’une coquille d’uréthane. Comme l’outil SmartBall a un diamètre inférieur à celui du pipeline, il s’y déplace avec le mouvement du produit. Aucune pièce mobile ne crée de bruit mécanique, et l’outil peut donc rouler silencieusement à l’aide de ses capteurs pour déceler les anomalies. Plus précisément, il perçoit le son du fluide s’écoulant du pipeline, qui peut être différent des bruits « normaux » d’un pipeline. L’électronique embarquée permet également de savoir où se trouve l’outil SmartBall dans le pipeline et ainsi de trouver l’emplacement des fuites. 

 





Déployable dans les pipelines dont le diamètre est aussi petit que 10 cm, le système SmartBall se sert de capteurs acoustiques et magnétiques pour « entendre » les fuites et d’autres défectuosités.

En quoi le système SmartBall est-il unique?

PP : Grâce à sa taille et à sa forme, l‘outil SmartBall peut être déployé dans toutes sortes de pipelines, y compris les gazoducs et les pipelines à haute pression. Il peut également être déployé dans les pipelines auxquels on ne peut accéder au moyen de jauges d'inspection de pipeline traditionnelles (communément appelées « racleurs » dans l’industrie) ou dans les pipelines où les racleurs ont de la difficulté à fonctionner, comme ceux situés dans les régions montagneuses. Il possède un si grand éventail d'applications qu'il est presque surprenant qu'un seul instrument soit si polyvalent.

Pourquoi votre technologie est-elle si importante?

PP : L’industrie pétrolière et gazière doit veiller à amener son produit sur le marché sans causer de dommages à l’environnement. Notre technologie peut détecter des fuites extrêmement petites dans les pipelines que la plupart des autres méthodes ne permettent pas de faire. Les exploitants de pipeline peuvent donc trouver des fuites avant qu’elles ne présentent des risques sérieux pour l’environnement. 

De plus, nous pouvons produire des rapports dans les jours ou même les heures d’une inspection, comparativement aux racleurs traditionnels qui nécessitent des mois de traitement après avoir été extraits du pipeline. Autrement dit, toutes les fuites détectées peuvent être colmatées d’autant plus rapidement.

Visionnez cette vidéo pour obtenir plus de renseignements sur la façon dont l’outil SmartBall circule dans les oléoducs et les gazoducs.

Quelle a été la réaction de l’industrie pétrolière et gazière?

PP : Elle a été formidable. En 2012, nous avons inspecté environ 3 000 kilomètres de pipeline à l’aide de la technologie SmartBall et, compte tenu de la croissance si rapide du marché, nous en avons examiné davantage au cours du troisième trimestre de 2013 seulement. Comme le système SmartBall peut fonctionner pendant des semaines, ce qui est pratique pour inspecter des pipelines qui s’étendent sur des milliers de kilomètres, notre technologie est moins coûteuse à déployer que les racleurs traditionnels. Nous avons donc constaté une croissance explosive du nombre d’exploitants de pipeline qui l’ont adoptée.

Regard vers l’avenir

En ce moment, l’outil SmartBall peut détecter des fuites de la taille d’un trou d’épingle dont le débit est aussi faible que 0,06 litre par minute, ce qui le rend beaucoup plus sensible que les systèmes de détection de fuites traditionnels. M. Paulson affirme cependant que l’appareil peut devenir encore plus « intelligent ».

« La prochaine phase de ce projet consiste à augmenter la cadence d’échantillonnage, déclare-t-il. Pour l’heure, nous pouvons détecter des fréquences allant jusqu’à 20 kHz, mais souhaitons nous rendre à 100 kHz. Pour ce faire, nous devrons quintupler la capacité de stockage des données et la puissance du système. C’est ce qui nous occupe actuellement et nous sommes impatients de relever ce défi. »

  

comments powered by Disqus